France
Avantages_sociaux

Loading

Le package « Avantages Sociaux » représente pratiquement un tiers de la rémunération annuelle nette d’un salarié en France, selon Aon Hewitt


Plus de la moitié des entreprises françaises sollicitent une expertise externe pour le pilotage des dispositifs d’épargne retraite et salariale, preuve des enjeux significatifs et de la complexité des sujets d’ordre financier, juridique, fiscal et social qui leur sont liés.

PARIS – le 29 janvier 2015. Aon Hewitt, la division de conseil en ressources humaines d’Aon France filiale d’Aon plc (NYSE/AON), publie les résultats de la troisième édition de son enquête sur les pratiques des entreprises en matière d’épargne retraite et salariale.

Conduite de juin à août 2014 auprès de 70 entreprises représentant près d’un million de salariés, cette enquête apporte des éclairages en termes de prévalence et de design sur les régimes d’épargne et d’avantages sociaux attribués par celles-ci. 59% des entreprises interrogées emploient plus de 2 000 salariés en France. Ce sont toujours de grandes entreprises dont près d’un quart opère dans le secteur de la métallurgie et de l’industrie.

Le package « Avantages Sociaux* » de cette enquête représente en moyenne le tiers de la rémunération annuelle nette d’un salarié (de 28 à 36% en fonction du profil de salaire).

L’« Article 83 » de l’enquête 2014 est moins élitiste et, par conséquent, plus ouvert à l’ensemble des cadres, voire à l’ensemble du personnel. Toutefois, les entreprises et/ou les salariés continuent de consentir à des taux de cotisation plus importants sur les tranches B et C, en réponse aux niveaux attendus de taux de remplacement plus faibles pour les cadres.

« Les dispositifs étant de plus en plus nombreux, il est nécessaire de créer des passerelles entre eux, par exemple, entre les jours de congés et l’épargne retraite », estime Marc Salameh, responsable de l’activité conseil en Avantages Sociaux chez Aon France. « De plus, les salariés ont la possibilité de devenir encore plus les acteurs de leur propre retraite, qui ne dépend plus seulement de l’État et des entreprises. Ils ont donc besoin de conseils. C’est une tendance qui va s’accroître dans les prochaines années. »

Tour d’horizon des dispositifs existants et de la manière dont les entreprises y recourent

1. Stabilité du taux d’équipement des grandes entreprises en termes de PERCO

  • 57% des entreprises répondantes ont mis en place un PERCO.
  • La contribution volontaire des salariés reste la source d’alimentation la plus abondée (dans 78% des PERCO) ; viennent ensuite la participation et l’intéressement (56%) et les jours de repos (48%).

2. Le PEE toujours plébiscité par les salariés

  • Compte tenu de la taille des entreprises répondantes, le taux d’équipement pour le PEE atteint les 98%
  • 65% des salariés ont décidé d’investir dans le PEE.

3. Le Compte Épargne Temps prévalent pour les grandes entreprises

  • 66% des répondants déclarent avoir mis en place un CET.
  • Cependant, l’abondement sur ce type de dispositif reste très minoritaire.

4. Démocratisation de l’Article 83

  • 66% des entreprises ont mis ou sont en train de mettre en place un régime à cotisations définies dit « Article 83 », une prévalence forte s’expliquant par la forte représentativité des grandes entreprises dans le panel.
  • Même si 55% de ces régimes sont à destination des cadres et cadres dirigeants.

5. L’Article 39 de moins en moins prévalent

Seuls 18% des entreprises du panel déclarent avoir en place un régime à prestations définies.

6. L’épargne salariale, élément clé du package Avantages Sociaux

  • 92% des entreprises du panel ont indiqué avoir mis en place un accord de participation et 80% un accord d’intéressement, ce pourcentage très élevé s’expliquant par la taille de ces entreprises.

7. Confirmation de l’ancrage des régimes frais de santé

  • 95% des entreprises ont mis en place un système de mutuelle complémentaire pour leurs salariés.

8. La prévoyance comme levier de différenciation limité entre les salariés

  • 46% des régimes de prévoyance pratiquent une tarification différenciée en fonction de la catégorie cadre / non cadre.

9. Des mesures d’accompagnement concrètes pour les salariés seniors

  • 63% des répondants ont mis en place des avantages spécifiques dédiés à leurs collaborateurs seniors.


Si vous choisissez de commenter notre contenu ou d'y participer par l'entremise de sites Web de médias sociaux tiers, vous autorisez Aon à avoir accès à certains renseignements des profils sur ces médias sociaux. Veuillez cliquer sur ici pour en savoir davantage sur les informations qui peuvent être recueillies lorsque vous utilisez ces outils sur Aon.fr.

 

plus d'informations

Suivez Aon