France
carte des risques politiques 2015

Loading

La chute des prix du pétrole a des répercussions mondiales : la carte des risques politiques 2015 d'Aon


  • Les sanctions, les prix du pétrole et la guerre continuent d'affaiblir le climat des investissements en Russie et de renforcer le risque de défaut de paiement des entreprises en Ukraine.
  • Les pays producteurs de pétrole ne faisant pas partie du CCG devront probablement faire face à une certaine incertitude sur le plan économico-politique.
  • Le risque politique des pays producteurs de pétrole en Iran, en Irak, en Lybie, au Nigéria, au Soudan et au Turkménistan est évalué comme étant très élevé ou élevé.

Paris, le 4 mars 2015 Aon Risk Solutions, la division mondiale de la gestion des risques d'Aon plc (NYSE : AON), publie aujourd'hui sa carte des risques politiques 2015 qui présente les risques politiques dans les marchés émergents. Le tout premier risque politique auquel sont confrontés les investisseurs des marchés émergents réside dans l'instabilité croissante des pays producteurs de pétrole comme l'Iran, l'Irak, la Libye, la Russie et le Venezuela, déjà fragilisés en raison de la chute des prix des produits pétroliers. Au Moyen-Orient et en Afrique, les pays touchés qui ne sont pas suffisamment résilients pour absorber les chocs économiques seront d'autant plus à la merci de l'efficacité des groupes extrémistes.

Comme l'illustre la carte, les pays producteurs de pétrole du Moyen-Orient et de l'Afrique, dont plusieurs se sont déjà vu attribuer une notation de risque pays élevé ou très élevé, connaîtront une année 2015 particulièrement difficile. L'Égypte, la Tunisie et le Maroc qui auraient dû profiter de la diminution de leur facture de pétrole importé, encourent des risques plus importants en termes de sécurité en raison du vide politique qui règne en Irak, en Libye et en Syrie.

La faiblesse des cours du pétrole continue d'assombrir les perspectives économiques de la région de la CEI, en particulier pour les principaux partenaires commerciaux régionaux de la Russie, comme le Belarus et le Kazakhstan.

« Grâce aux derniers outils analytiques et aux dernières données, la carte des risques politiques permet aux organisations de définir leurs stratégies d'investissement sur les marchés émergents, déclare Ben Heaney, Responsable du Département Risques Politiques. Les entreprises doivent surveiller en permanence leur exposition aux risques politiques, comme les incidences de l'incertitude liée aux prix pétroliers et de l'instabilité politique. Et c'est précisément ce que peuvent faire nos clients grâce à la carte des risques politiques d'Aon. »

« Roubini Global Economics est fier de poursuivre son partenariat avec Aon pour ses clients, a déclaré Paul Domjan, Directeur général de Roubini Country Insights. En 2014, nous avons assisté à une montée des risques politiques dans les marchés émergents, a fortiori dans les régions exportatrices de pétrole. Les mises à jour trimestrielles des notes de risque et des notes pays soulignent l'évolution des tendances en matière de risque et permettent ainsi aux investisseurs de réagir rapidement en cas de détérioration ainsi que de mieux protéger leur exposition ou de tirer parti de nouvelles opportunités. Une fois de plus, la carte démontre la force de combiner l'analyse pays et les études comparatives de RGE avec l'expertise d'Aon en matière de risque pays. »

Pour de plus amples renseignements au sujet de la carte des risques politiques d'Aon, veuillez consulter le lien : risques politiques

Des données, outils analytiques et connaissances de premier plan d'une équipe de pointe
L'expertise de longue date d'Aon dans la gestion des risques politiques est complétée par le partenariat avec Roubini Global Economics (RGE), un cabinet international indépendant de recherches fondé en 2004 par le célèbre économiste Nouriel Roubini, afin de tirer parti de la méthodologie unique de RGE.

À propos de la carte des risques politiques d'Aon 2015
Aon mesure les risques politiques dans 163 pays et territoires pour évaluer les risques associés aux transferts de devises, au non-paiement de la dette souveraine, à l'interférence politique, à la rupture de la chaîne d'approvisionnement, à la législation et la réglementation, à la violence politique, aux freins à la marche du commerce et des affaires, à la vulnérabilité du secteur bancaire et à la capacité des autorités à stimuler l’économie. Dans chaque catégorie de risques spécifique, ainsi qu'à un niveau global, chaque pays a reçu une évaluation qui va de ‘Faible’ en passant par ‘Moyen-faible, ‘Moyen’ et ‘Moyen-élevé’ pour atteindre ‘Elevé’ et ‘Très élevé’. Les pays membres de l’Union européenne et de l’Organisation de coopération et de développement économiques ne sont pas repris sur la carte en 2015.

Les évaluations des pays ont été réalisées sur la base d’une combinaison des analyses effectuées par Aon Risk Solutions conjointement avec Roubini Global Economics, cabinet international d’analyses et de conseil, et l’avis de 20 syndicats ou sociétés d’assurances de Lloyd’s qui participent activement à la couverture des risques politiques.

La carte interactive en ligne comporte des données qui remontent à plus de 18 ans et mesure également les risques liés à la vulnérabilité du secteur bancaire, la capacité du gouvernement local à stimuler l’économie et les freins à la marche du commerce et des affaires. Les établissements qui consultent la carte interactive d'Aon peuvent suivre leurs expositions spécifiques aux risques politiques dans les marchés émergents sur une base actuelle ou historique.

Évaluations pays
La carte des risques politiques améliore et abaisse l'évaluation des pays et territoires sur la base des événements qui sont survenus au cours de l'année précédente. Par conséquent, les 7 pays suivants ont vu leur notation améliorée (lorsque le risque général pour le pays ou le territoire est évalué comme étant plus faible que l'année précédente) : la République dominicaine, l'Équateur, la Géorgie, le Laos, le Panama, le Swaziland et le Zimbabwe. 12 pays, pour lesquels les risques politiques ont augmenté, ont vu leur notation dégradée : il s'agit de l'Angola, de la République centrafricaine, du Burkina Faso, du Ghana, de la Guinée Conakry, d'Haïti, de la Libye, du Mozambique, d'Oman, du Pakistan, de la Sierra Leone et de l'Ouganda.

Depuis la publication de la carte de risques 2014, 19 évaluations pays ont été modifiées, contre 15 en 2013 et 25 en 2012. Les notes Country Insight de RGE identifient une série de petits changements chaque trimestre et permettent ainsi de détecter les signes avant-coureurs de l'évolution. Toutes les évaluations mises à jour sont publiées chaque trimestre et la carte des risques politiques permet de souligner la détérioration des pays, comme ce fut le cas avec l'Ukraine plusieurs trimestres à l'avance.



Si vous choisissez de commenter notre contenu ou d'y participer par l'entremise de sites Web de médias sociaux tiers, vous autorisez Aon à avoir accès à certains renseignements des profils sur ces médias sociaux. Veuillez cliquer sur ici pour en savoir davantage sur les informations qui peuvent être recueillies lorsque vous utilisez ces outils sur Aon.fr.

 

Contact presse

Notre actualité

Suivez Aon