France

Loading

Aon sécurise la croissance des entreprises innovantes en Life Sciences et gère les couvertures d’assurance


Paris, le 7 décembre 2017, Le marché assurance des Life Sciences connait aujourd’hui de grands bouleversements, provenant notamment de l’évolution constante de la législation pour la couverture des essais cliniques et des scandales sanitaires récurrents entraînant des difficultés à placer les risques auprès des assureurs.


Il en résulte des difficultés pour trouver des garanties avec des primes raisonnables, et une judiciarisation croissante même en Europe (actions collectives). Pour assurer leur croissance et une gestion efficace de ces risques, les biotechs, qui ne sont pas toujours bien équipées en termes de risk management, nécessitent d’être couvertes dans des conditions optimales. Aon, leader mondial en gestion des risques, propose des solutions complètes répondant aux besoins des entreprises du secteur.


Les besoins en financement restent une problématique majeure


Avec plus de 600 biotechs/medtechs, la France pourrait devenir un leader du secteur. La question du financement reste toutefois centrale dans le développement de ces sociétés.


Le marché français, bien qu’actif grâce au financement public (incitations fiscales), à la BPI et également à son accès à l’Euronext, manque toutefois de financement. Malgré une augmentation des fonds disponibles, l’introduction en bourse (IPO = Initial Public Offering) est souvent une étape nécessaire pour supporter le développement des biotechs/medtechs.


Avec plus d’1,6* milliards d’euros de fonds levés (tous financements en capital confondus) dont plus de 600 millions d’euros via 14 introductions en bourse, l’année 2015 a été particulièrement dynamique pour les entreprises françaises des Life Sciences. En 2016, 70% des décisions de financement émises rentrent dans le cadre de la phase de développement pré-approbation, c’est-à-dire, majoritairement lorsque leur molécule entre en phase III.


Les levées successives de fonds sur l’Euronext étant limitées par la capitalisation boursière, il est difficile pour les sociétés cotées sur Euronext uniquement, de travailler en même temps sur le développement d’un produit et sur la phase de commercialisation. Il leur apparait alors nécessaire de s’ « américaniser » avec une IPO au Nasdaq. A défaut, la plupart des biotechs françaises choisissent de développer un produit pour ensuite le commercialiser avec des partenaires.


C’est dans ce contexte « d’américanisation » qu’une augmentation du nombre de « Securities Class Action » entraine une tension sur le marché des assurances « Responsabilité civile des Mandataires sociaux ».


D’après Mathilde Leveque, courtier responsabilité civile chez Aon France : « Le doublement des class action au 1er trimestre 2017 a entrainé une profonde modification du marché Life Sciences : avec des impacts sur le nombre d’acteurs, les franchises, les limites et les primes. »


Il existe également d’autres risques importants avec une évolution législative permanente :

- le risque Cyber avec l’entrée en vigueur de la RGPD en Mai 2018 : la mise en conformité est une étape incontournable pour les sociétés du secteur Life Sciences notamment du fait de la haute-valeur ajoutée de la propriété intellectuelle et le traitement des données sensibles des patients. Ce risque peut aussi être à l’origine d’une interruption d’activités ayant des conséquences majeures soit sur le site de fabrication de l’entreprise soit chez l’un de ses sous-traitants.

- le risque Produit vis-à-vis des patients : les assureurs ont un appétit contrasté en fonction des molécules et des dispositifs médicaux notamment du fait de l’historique ou bien des effets secondaires nombreux remontés par la pharmacovigilance. Dans l’accompagnement de cette gestion des risques, Aon propose un nouvel outil « ADVERA » qui compile les effets secondaires remontés à l’autorité de santé Américaine (FDA).


Une forte expertise et des solutions adaptées pour des entreprises confrontées à des risques importants


En tant que leader mondial du conseil en gestion des risques, Aon et son département en Life Sciences s’appuie sur une solide expérience pour répondre aux multiples besoins des entreprises. De plus, doté d’une expertise très mature et développée aux Etats-Unis qui s’est progressivement étoffée en Europe, Aon France développe aujourd’hui son portefeuille de clients dans ce secteur.


« Les entreprises innovantes en Life Sciences ont une problématique de temps et de hiérarchisation des priorités. Le courtier se doit donc d’être le bras armé de ces sociétés dans l’identification des risques majeurs et leur couverture d’assurance. » explique Céline Le bars, Practice Leader Life Sciences chez Aon France.


L’organisation d’Aon bénéficie d’une mutualisation des expertises et des expériences, d’un partage de données, de bonnes pratiques, de benchmarks tant sur les garanties que sur les sinistres et d’outils innovants. Il y a également un accompagnement « de bout en bout » tout au long de la vie d’une entreprise innovante, qu’elle soit startup, ETI ou multinationale.


Par ailleurs, Aon profite de sa force de leader mondial avec :


• un accès privilégié au marché de Londres pour les risques financiers, et notamment, sur les marchés Trade Credit et Risques Politiques ;

• une filiale Stroz Friedberg, dédiée à la gestion du risque cyber de l’identification au traitement des risques ;

• une solide expertise sur les captives, outil de gestion des risques des entreprises de Life Sciences ;

• un large réseau mondial « Aon Global Client Network » pour assurer de manière efficace les essais cliniques multi-pays et multi-sites et pour répondre aux besoins internationaux.


En effet, une cinquantaine d’experts en Life Sciences soutenus par les ressources de plus de 50 000 experts dans 120 pays apportent des solutions innovantes et adaptées à plus de 400 organisations à travers le monde : sociétés de biotechnologies et biopharmacies, fabricants de produits pharmaceutiques et également, d’appareils et équipements médicaux, les sociétés pharmaceutiques de produits génériques, organismes de recherches, etc.


Ces entreprises sont confrontées à des risques qui pourraient avoir un impact important sur leur activité. Une large couverture complète en matière d’assurance est proposée : « Nous sommes fiers, à travers nos solutions innovantes, d’aider ces entreprises françaises, dont le savoir-faire n’est plus à démontrer, à faire face aux défis technologiques et financiers et d’accompagner ainsi leur croissance. » indique Laurent Belhout, Directeur Général d’Aon France. Il conclut : « Aon France ambitionne de devenir le courtier de référence pour les acteurs du monde des Life Sciences. »



Source : *France Biotech Panorama 2016 de l’industrie des Sciences de la Vie en France




Si vous choisissez de commenter notre contenu ou d'y participer par l'entremise de sites Web de médias sociaux tiers, vous autorisez Aon à avoir accès à certains renseignements des profils sur ces médias sociaux. Veuillez cliquer sur ici pour en savoir davantage sur les informations qui peuvent être recueillies lorsque vous utilisez ces outils sur Aon.fr.

Contacts Presse