France
Underrated Threats Report 2015

Selon 70 % des directeurs exécutifs, les entreprises négligent le préjudice à l'image de marque et à la réputation, alors qu'il s’agit d’un risque important


Loading

Aon publie au FERMA son Rapport 2015 sur les menaces sous-estimées, basé sur le témoignage de directeurs de captives issus de 60 pays.

 

Paris – 6 octobre 2015 - Aon Risk Solutions, la division mondiale de la gestion des risques d'Aon plc (NYSE : AON), publie son étude approfondie sur les menaces sous-estimées suite à sa dernière enquête mondiale sur la gestion des risques « Global Risk Management Survey ».

Les experts d’Aon sont convaincus que le préjudice à la réputation devrait être considéré comme un risque opérationnel important. Et pourtant, seuls 44 % des directeurs exécutifs et non exécutifs qui ont répondu à l'enquête sont d'accord avec ce constat. Nombreux sont ceux qui estiment que les entreprises négligent le préjudice à l'image de marque et à la réputation jusqu’à ce qu’une crise éclate.

Pour Rory Moloney, PDG d'Aon Global Risk Consulting, « le préjudice à l'image de marque et à la réputation peut devenir un risque opérationnel important. Associée aux changements économiques, politiques et sociétaux, la vitesse à laquelle les technologies progressent fait du préjudice à la réputation un sujet de préoccupation de plus en plus important. Ce rapport analyse les réponses de cadres supérieurs de grands groupes possédant des captives majeures afin de comprendre leurs préoccupations et leurs besoins. »

Le rapport, qui s'intéresse notamment au préjudice à la réputation et à l'image de marque, se concentre sur cinq thèmes :

  • Connectivité du risque : la vitesse à laquelle les technologies mobiles évoluent provoque l’expansion rapide de réseaux qui connectent les individus, les groupes et les sociétés. Et pourtant, 80 % des personnes interrogées estiment que l'interconnectivité des risques reste encore largement incomprise.
  • Cyber-risques : neuf personnes interrogées sur dix confirment l'idée selon laquelle le cyber-risque n'est pas encore pleinement compris. Pour 78 % d'entre elles, le niveau de préparation des sociétés au cyber-risque a ou pourrait avoir été largement surestimé.
  • Le risque politique est également considéré comme une menace importante. Pour 63 % des personnes interrogées, le risque politique est sérieusement sous-estimé. Les incertitudes qui règnent sur la zone euro et autour des différents conflits géopolitiques constituent un sujet de préoccupation important, en particulier chez les personnes interrogées issues de la région EMEA.
  • Implication du conseil d'administration : pour 70 % des directeurs de captives interrogés, il est impératif que les cadres supérieurs et les conseils d'administration communiquent avec les gestionnaires de risques et jouent un rôle actif dans l'évaluation de l'exposition aux risques de leur société et de leur couverture.
  • Préjudice à l'image de marque et à la réputation : malgré des crises très médiatisées qui ont affecté la réputation et l'image de marque de certaines sociétés, 54% des personnes interrogées dans la région EMEA reconnaissent que le préjudice à la réputation et à l'image de marque devrait se trouver au premier plan des préoccupations. Seuls 35 % des directeurs de captives interrogés installés aux Amériques sont d'accord avec cette affirmation.

Stephen Cross, Directeur général de l'innovation chez Aon Risk Solutions, estime que « l'univers du risque actuel est prévisible de manière imprévisible. L'interconnectivité des risques traditionnels et émergents implique que les entreprises ne peuvent plus évaluer chaque risque de façon isolée mais doivent adopter une approche holistique à l'égard des risques majeurs et des personnes. Le rôle de conseiller d'Aon consiste à perpétuellement explorer, évaluer les risques et à développer un point de vue sur l’évolution des facteurs de risques».


Le Rapport 2015 sur les menaces sous-estimées, « The 2015 Underrated Threats Report », est une enquête réalisée en ligne auprès de directeurs exécutifs et non exécutifs de captives. Ils sont invités à donner leur avis sur les principales conclusions publiées dans le cadre de l'enquête mondiale 2015 d'Aon sur la gestion des risques.



Si vous choisissez de commenter notre contenu ou d'y participer par l'entremise de sites Web de médias sociaux tiers, vous autorisez Aon à avoir accès à certains renseignements des profils sur ces médias sociaux. Veuillez cliquer sur ici pour en savoir davantage sur les informations qui peuvent être recueillies lorsque vous utilisez ces outils sur Aon.fr.

Téléchargez le rapport intégral

Téléchargez le résumé du rapport